Stress chronique et incidence

De l'énergie à l'épuisement

Les hormones du stress produites de façon équilibrée sont essentielles au bon fonctionnement du corps.

Cependant, après de grands stress ou des stress chroniques, le corps se met à produire, entre autres, du cortisol et de l’aldostérone à un taux élevé.

Ceci à de nombreuses conséquences telles que celles d’épuiser le corps, l’amenant vers une baisse de l’immunité en générale pouvant aller jusqu’au burnout.

En effet, lorsque les surrénales sont trop sollicitées, elles peuvent ne plus être en mesure de produire les hormones et neurotransmetteurs nécessaires. Elles sont à plat !

Les symptômes peuvent être :

  • Des sueurs nocturnes et des bouffées de chaleur (en particulier lorsque les surrénales prennent le relai des ovaires lors de la ménopause).
  • Des troubles du sommeil.
  • Des allergies nouvelles.
  • Une grosse fatigue générale.
  • Des troubles de l’humeur.
  • Des troubles de la mémoire.
  • Des addictions aux sucres ou aux sels.
  • Des chutes de tension.
  • Des problèmes thyroïdiens.

Rappelez-vous la fiche sur les glandes surrénales !

Ce sont elles, qui produisent l’adrénaline, le cortisol, les estrogènes, la progestérone

Ce sont elles encore qui transforment vos lipides en glucose pour une énergie immédiatement disponible.

Qui régulent l’équilibre sel/eau et le système antiinflammatoire (système qui atténue ou enraye l’inflammation).

Pour rappel, l’inflammation est un ensemble de réactions dues à une agression traumatique, chimique ou microbienne de l’organisme. Elle se caractérise par la rougeur, la douleur, la tuméfaction, la chaleur.

Catherine Eymery Ph.D
Catherine Eymery
Chercheure / Formatrice / Entrepreneure

Restez en contact direct en vous inscrivant sur Messenger

Messenger

Lorsque vos surrénales n’arrivent plus à produire les hormones et neurotransmetteurs nécessaires à l’équilibre du corps, vous êtes en burnout !

Cependant, avant d’en arriver là, on distingue 3 étapes caractéristiques du stress :

1. Une phase d’alarme, où quelques symptômes apparaissent, mais s’atténuent si l’agent stressant disparaît.

2. Si l’agent stressant continue son action, l’ensemble du corps tente de résister à cette agression entrainant de nombreux dysfonctionnements avec ses symptômes associés, compensés parfois par une prise alimentaire excessive sucrée ou salée, ou la prise de médicaments, voire de produits addictifs tels que le tabac, l’alcool, la drogue…

3. Enfin, si l’agent stressant s’installe au quotidien, il entraîne une phase d’épuisement, où les glandes surrénales cessent de fonctionner correctement.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux

YouTubeTwitter LinkdInInstagram Facebook Messenger

En tant que formatrice, enseignante, maman ou en lien avec le domaine de la formation, sachez prendre en compte et offrir un environnement qui limite les agents stressants.

Rappelez-vous qu’en l’absence de cortisol et d’adrénaline il n’y a plus d’irrigation correcte :

  • des membres inférieurs (mains et pieds froids),
  • du cerveau (perte de mémoire, d’équilibre, sens amoindris, dépression (défaut de vascularisation du lobe frontal)).

Effondrement du système immunitaire, défaut d’élimination, perméabilité intestinale…

Bref, veillez à ne pas devenir l’agent stressant !

Vous avez découvert cet article via la conférence sur le thème du stress ?

Retrouvez les actualités complètes de VDLF chaque lundi.

20 Semaines de résumés scientifiques pour développer vos connaissances.