Coaching orthographique : 9 défis pour écrire sans faute par Gaignard

31 juillet 2017
Extrait de l’introduction

1. Mon récit et mes expériences

D’un père contremaître et d’une mère brodeuse à domicile, je suis née en France, dans une famille ouvrière de la région des Mauges, dans le Maine et Loire. Ma soeur aînée, qui fut brillante dans ses études, me dit encore aujourd’hui qu’elle garde de mauvais souvenirs de mes mauvaises notes car toute la famille en pâtissait.

On me faisait faire des dictées et des problèmes de mathématiques simples, mais rien n’y faisait, les larmes coulaient sur mes joues. J’avais mal ! J’aurais donné n’importe quoi pour ne pas me réveiller les matins de dictées. C’était l’enfer du zéro à répétition, et pourtant j’aimais écrire des poèmes ou de petites histoires que j’inventais. Les enseignants me disaient souvent que le contenu des devoirs était bon, mais que l’orthographe était déplorable. Résultat, je perdais des points dans toutes les matières.

J’avais mis en place des stratagèmes comme «l’art du camouflage». Je transformais mon écriture pour éviter que l’on s’aperçoive de mon hésitation : ce mot devait-il prendre deux «m» ou seulement un ?

En 1968, j’allais en consultation chez une orthophoniste avec d’autres enfants ; aujourd’hui encore, je garde de ces séances un goût amer.

Au fil des années de scolarité, la souffrance n’a fait que s’accentuer. Je suis rapidement tombée dans ce que l’on appelle le «syndrome de la nullité». Nullité qui veut dire «rien» et qui veut dire «zéro» ! Tous les efforts que je pouvais réaliser ne payaient pas. Ce fut une longue période de découragement voire d’abandon total.

Une question me hantait : «Suis-je normale ?». On m’avait, dès le Cours Préparatoire, collé l’étiquette de «dyslexique» sur le dos. Je n’étais donc pas comme les autres ! Que voulait dire ce mot barbare ? Je ne l’ai découvert vraiment qu’à l’âge de 36 ans. Non ! Je ne souffrais pas d’une dyslexie mais d’une dysorthographie sévère. Les erreurs sont identiques mais les causes différentes…

Présentation de l’éditeur

Redécouvrez le plaisir d écrire et reprenez confiance en vous grâce à DÉFI 9 : enfin une méthode rapide et efficace pour éviter les pièges de la langue écrite ; enfin un ouvrage axé « solutions », qui propose une alternative aux grammaires traditionnelles. Des difficultés dans la rédaction d une lettre, d un rapport, d un courrier administratif ou d une dictée ? Pour progresser de manière certaine dans la maîtrise des règles de base, DÉFI 9 vous propose en neuf étapes neuf défis à remporter. Résultat de la propre expérience de dysorthographie sévère de l auteur lorsqu elle était scolarisée, cette méthode réexplique autrement la grammaire française et la simplifie. Elle a été créée pour que chacun puisse venir à bout de ses propres difficultés en orthographe. Cet ouvrage doit être mis entre toutes les mains : il concerne tous ceux pour qui l orthographe, la grammaire et la conjugaison restent un terrain miné au quotidien, au travail ou à l école. Il sera également très utile comme support de formation pratique.

Biographie de l’auteur

ANNE-MARIE GAIGNARD est l’auteur de « Hugo et les rois Etre et Avoir », « Hugo joue à cache-cache avec les rois » et « Hugo au royaume des sujets dangereux » (éd. Le Robert, 2003 et 2004), ainsi que de Théo et Capucine deviennent virtuoses du cirque Grammaticus et Théo et Capucine encore plus forts (éd. Duteil, 2009 et 2010). Elle a créé en 2009 un centre de formation continue pour adultes afin de transmettre sa méthode
[amazon_link asins=’2801116378′ template=’ProductCarousel’ store=’vivredelaform-21′ marketplace=’FR’ link_id=’4971fdc0-7575-11e7-bb12-73e005c463a8′]

No Comments

Comments are closed.